Histoire de l’ordinateur Les grands ordinateurs à la conquête du monde 3-4

A partir des années 1950, des sociétés se mettent à vendre des ordinateurs aux Etats et aux entreprises, cela se fait en plusieurs vagues :

  • La première génération de grands ordinateurs (1950) : pour les grandes nations. La première génération de grands ordinateurs se répand alors, et concerne l’informatique scientifique et militaire dans le sens de résoudre les problèmes des calculs répétitifs. Ceci occasionne la création de langages informatiques dans le but de résoudre plus facilement les problèmes. La technologie utilisée repose sur celle des tubes à vide (Tube et tore de ferrite). C’est une technologie lourde, ce qui a posé des problèmes de place et de consommation électrique. Les premiers ordinateurs commercialisés ont des tailles de celle d’un bâtiment, ils consomment 150 000 Wj et traitent 80000 instructions par seconde (UNIVAC de Remington, IBM 701 et 703). Seules les très grandes nations possèdent l’outil informatique.

  • La seconde génération de grands ordinateurs (1960) : pour les nations riches et les grandes entreprises. Cette génération d’ordinateurs concerne la naissance de l’informatique de gestion d’entreprise, elle coïncide avec l’apparition des transistors dans les unités centrales. L’utilisation de cette technologie améliore les vitesses de traitement et de débits des informations dans les ordinateurs. De plus, l’intégration de ces transistors permit la miniaturisation des différents composants des ordinateurs. La taille des ordinateurs est celle d’une armoire, ils consomment 2500W et traitent 200 000 instructions par seconde (IBM 704 et 1400). Le langage de programmation Fortran règne en maître incontesté, alors que le langage de programmation Cobol orienté gestion, devient son concurrent. Les nations riches et les très grandes entreprises accèdent à l’outil informatique.

  • La troisième génération de grands ordinateurs (1970) : pour toutes les nations et les entreprise moyennes. Cette nouvelle génération est le résultat de progrès spectaculaires au niveau des capacités des mémoires (stockage et vive) et au niveau de l’amélioration de la rapidité de traitement des données.